Un accord a été obtenu, hier à Paris, à la ‪#‎COP21‬. Il fait même référence à un objectif de limitation à 1,5 degré de l’augmentation de la température de la planète. En soit, c’est inespéré, vu les échecs précédents, vu la résistance de nombreux pays (particulièrement ceux qui exportent du pétrole), vu l’action des lobbys négationnistes, vu l’inaction et la lenteur de réaction des autres pays (dont la Belgique, qui a eu bien du mal à s’accorder sur un répartition du burden sharing et sur des objectifs d’ores et déjà insuffisants).

Il faut donc s’en réjouir et féliciter toutes celles et tous ceux qui ont contribué à cet accord. Les négociateurs, le Gouvernement français (et notamment le président Fabius, brillant, hier), les ONG qui ont fait pression, tou(te)s les citoyen(ne)s qui ont manifesté un peu partout depuis des mois. Bravo et merci à elles et à eux.

Mais il faut aussi tout aussi rapidement se mettre au boulot pour que les engagements théoriques soient concrétisés par des décisions politiques concrètes, au plan européen, au niveau fédéral ou régional, dans nos provinces et communes. Obliger les banques et les fonds de pension à sortir de l’économie carbone. Miser sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique qui vont créer des dizaines de milliers d’emploi et améliorer notre confort. Investir dans les transports en commun plutôt que de subventionner lourdement les voitures de société. Promouvoir une agriculture locale et des produits de saison. Instaurer des droits sociaux et environnementaux au plan européen. Donner aux Pays du sud de véritables moyens de développement, visant leur autonomie alimentaire et énergétique,…

Bref, dès demain, on se remet au boulot pour que l’espoir se transforme en action. On lâche rien. C’est trop urgent et nécessaire. L’avenir sera vert ou ne sera pas!

Pour lire le communiqué de presse d’ECOLO, cliquez ici .

Share This