Depuis des mois, les écologistes appellent de leurs vœux un vaste Plan d’Investissement, capable de mobiliser les acteurs sociaux et économiques, associant l’État fédéral et les Régions, misant résolument sur la création des emplois du futur et visant à rencontrer les enjeux énergétiques et climatiques… Ils espéraient en voir au moins l’ébauche dans le cadre de l’ajustement budgétaire, mais doivent constater qu’on n’en trouve pas trace, pas plus que de mesures pour une fiscalité plus juste.

« L’autosatisfaction du Gouvernement à l’occasion de l’ajustement budgétaire n’a qu’un seul objectif : faire oublier les mesures d’économies réalisées depuis le début de la législature sur le dos des plus faibles, masquer la faiblesse de ses résultats en matière socio-économiques et l’absence d’une réforme fiscale qui viserait à rendre l’impôt plus juste et plus efficace. Nous espérions au moins y voir le début d’une stratégie de mobilisation, autour du vaste plan d’investissement que nous appelons de nos vœux, mais là également, c’est la déception ! », commente Georges Gilkinet, député fédéral ECOLO.

Les Verts rappellent que le Gouvernement a décidé depuis le début de la législature d’économies linéaires en sécurité sociale pour près de 3 milliards d’euros, frappant de front les plus vulnérables : les malades, les travailleurs à temps partiel, les femmes, les jeunes et les pensionnés. Ils mettent également en évidence que le taux d’emploi stagne et que si les chiffres du chômage baissent, c’est principalement du fait de l’exclusion d’un nombre très important de demandeurs d’emploi. Quant à notre système fiscal, en l’absence de réforme ambitieuse, il est plus injuste que jamais, laissant trop souvent impunie la grande fraude fiscale et pesant trop lourdement sur les artisans et les PME.

« Cet ajustement budgétaire était une nouvelle occasion de changer de cap, de donner de nouvelles impulsions, de corriger ce qui avait été mal fait. Le Gouvernement fédéral n’est manifestement pas encore sorti de sa période d’hivernage. Il en a fait un exercice comptable sans ambition et tente ensuite de le présenter comme un tour de force qu’il n’est pas. Nous lui avions tendu la main et proposé de participer activement à la mise en place d’un grand Plan d’Investissement. Il n’a pas saisi l’occasion. Nous reviendrons encore et encore vers lui, car nous sommes persuadés que face aux extrémismes et au marasme économique auxquels nous sommes confrontés, notre pays a plus que jamais besoin d’une vision d’avenir » conclut Georges Gilkinet.

Share This