Ce matin, Le Vif et le Standaard rendent publiques de nouvelles pièces essentielles dans le dossier du #Kazakhgate, en particulier un carton manuscrit de Claude Guéant, visant notamment à s’assurer, après un contact téléphonique de celui-ci, qu’Armand De Decker et ses acolytes reçoivent effectivement l’argent attendu après « un magnifique travail qui ne peut que servir les intérêts de la France ». Pour Ecolo, alors que l’ancien Ministre de l’Intérieur français se présentera devant la commission d’enquête ce matin, il s’agit d’un nouvel élément explicite majeur sur ce que les verts considèrent depuis le début comme une scandale d’État, d’une gravité extrême, et qui apparaît chaque jour davantage l’être effectivement.

Depuis le début, les protagonistes présumés du dossier tentent désespérément de minimiser leur rôle ou de mettre en doute les documents qui en sont à l’origine, notamment un mail et un note confidentielle du préfet français Jean-François Etienne des Rosaies, datés en juin 2011 et se réjouissant de la victoire française obtenue dans ce dossier. Cette note manuscrite de Claude Guéant à Damien Loras, conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy, indique de façon évidente une implication du plus haut niveau de l’État français dans un dossier judiciaire pourtant bien belge.

« Il devient, avec les documents mis au jour chaque semaine par la presse mais surtout avec ce manuscrit explicite, vraiment difficile pour les principaux acteurs de ce dossier de nier encore les évidences et le caractère scandaleux de cette immixtion française dans les affaires publiques belges », s’exclame le député Ecolo Georges Gilkinet, membre de la Commission d’enquête.

Cette nouvelle pièce ne fait que décupler la volonté des Verts à faire toute la lumière dans ce dossier gravissime. A ce titre, l’audition, ce matin, de Claude Guéant constituera une étape très importante du travail de la Commission d’Enquête, avant qu’elle n’entame ce vendredi le volet politique du dossier, avec les premières auditions des membres des Cabinets Ministériels de l’époque, impliqués dans l’accord politique nécessaire à la résolution des problèmes judiciaires en Belgique du Trio Kazakh.

« Le Parlement doit tout mettre en œuvre pour établir les responsabilités politiques dans ce dossier, dans lequel la souveraineté de notre pays a été bafouée et où les trois pouvoirs ont été impliqués. C’est une question de crédibilité démocratique ! », conclut le député écologiste.

Share This