Malgré les sacrifices demandés aux Belges, les finances publiques belges ne se portent pas au mieux. Le bât blesse du côté des mesures fiscales du Ministre Van Overtveldt : les unes après les autres, ses prévisions s’avèrent très éloignées de la réalité des chiffres, déstabilisant d’autant plus le budget fédéral. Ce qui ne l’empêche de continuer à mettre sur la table de nouvelles propositions, dont celle, particulièrement cynique, de diminuer les accises sur le tabac pour améliorer les recettes fiscales.

« Envisager une telle mesure en dit long sur l’absence de vision de cette majorité fédérale », s’indigne Muriel Gerkens, présidente de la Commission Santé de la Chambre. « La consommation tabagique est l’une des premières causes de cancer et de mortalité en Belgique. Elle provoque des coûts énormes pour la société et pour les soins de santé. Tout doit être mis en œuvre pour la diminuer, en commençant par la prévention et en poursuivant avec la fixation de prix de vente dissuasifs pour les fumeurs ou les candidats fumeurs. Il est prouvé que c’est la méthode la plus efficace pour obtenir des résultats. Et le Ministre des Finances voudrait diminuer les accises pour augmenter les recettes ? Mais c’est totalement irresponsable par rapport à un produit qui tue la moitié de ses consommateurs ! », conclut-elle.

Pour les écologistes, la résolution des difficultés budgétaires de l’État fédéral doit passer par d’autres choix : des choix de gestion plus rigoureuse des dépenses publiques, notamment celles liées aux voitures de société, mais également et surtout des choix de justice fiscale.

« A nouveau, le Ministre des Finances tente de faire diversion en nous parlant des accises, alors que le problème vient plutôt de la perception des recettes fiscales et de l’importance de la fraude fiscale en Belgique. Le coût de cette dernière est évalué entre 10 et 20 milliards d’euros chaque année. Et on attend toujours des mesures un tant soit peu efficaces pour la combattre, en terme de transparence fiscale, d’échange d’information et d’amélioration des moyens humains et légaux des services chargés de la combattre. Qu’il vienne avec de telles mesures, plutôt que de se faire le relais du lobby du tabac ! Ce sera à la fois plus juste et plus efficace », propose Georges Gilkinet, membre de la Commission des Finances de la Chambre.

Share This