Les écologistes namurois sont consternés par la décision, annoncée ce jour par le Gouvernement fédéral, de fermer neuf centres d’accueil pour réfugiés, dont celui de Belgrade. Grâce au travail mené par la Croix-Rouge, à la collaboration avec la Ville de Namur et surtout à l’investissement de très nombreux bénévoles, ce centre est particulièrement bien intégré dans la capitale wallonne et exemplatif d’un accueil humain, qui favorise l’intégration et l’échange.

Dans le cadre du contrôle budgétaire 2018 conclu ce week-end, le Gouvernement fédéral a annoncé une diminution du nombre de places dans les centres d’accueil. Ce lundi, le Secrétaire d’État a confirmé la disparition de près de 3.000 places d’accueil dès cette année et, en particulier, la fermeture du centre d’accueil de la Croix-Rouge à Belgrade en 2018

« Belgrade est un centre modèle grâce à l’action des Namurois.es qui se sont investis sans compter, non seulement pour assurer un accueil digne mais aussi pour permettre que ces réfugiés trouvent leur place dans notre société. Ecolo Namur sera aux côtés des demandeurs d’asile, des militants et de la Croix-Rouge pour demander à la coalition fédérale et en particulier au MR en tant que seul parti francophone à revenir à la raison » expliquent Patricia Grandchamps, Philippe Noël et Arnaud Gavroy, membres du collège communal namurois.

Pour Ecolo, la situation du centre d’accueil de Belgrade est idéale, à proximité de la ville, avec ses possibilités de formation, d’emploi ou d’engagement bénévole. La belle histoire qui s’est écrite depuis la cérémonie d’accueil des réfugiés hébergés et les nombreux moments forts qui y ont été vécus depuis lors montrent la voie d’une politique d’accueil différente de celle du Gouvernement fédéral, plus humaine mais aussi plus efficace. Et comme l’a montré la discussion avec le Bureau Economique de la Province, une cohabitation avec la future zone d’activité économique prévue à cet emplacement est tout à fait possible !

« On peut vraiment se demander si ce n’est pas la qualité de l’accueil proposé à Belgrade qui a conduit à la décision de fermeture du centre. Contrairement aux nombreux citoyens qui se mobilisent pour aider les réfugiés en œuvrant à leur intégration ou en les accueillant chez eux, ce gouvernement semble véritablement aveugle à l’urgence humanitaire. A moins qu’il ne s’agisse plus cyniquement de pouvoir brandir la diminution du nombre de places comme un trophée pré-électoral, sur le dos de celles et ceux qui fuient leur pays pour tenter de seulement survivre et d’offrir un avenir à leurs enfants », décode le député fédéral Georges Gilkinet.

En tout cas, les écologistes ne resteront pas les bras croisés face à cette annonce et sont plus mobilisés que jamais pour faire revenir le Gouvernement fédéral sur ses intentions !

Share This