On apprend aujourd’hui que la ‘taxe caïman’ n’a rapporté que 5 millions d’euros. Cette taxe, c’est la réponse de la majorité fédérale aux attentes citoyennes et politiques pour davantage de justice fiscale, qui organise une taxation des revenus financiers de citoyens belges via des ‘constructions fiscales’ situées à l’étranger. Depuis le début, Ecolo a réclamé des mesures anti-abus beaucoup plus efficaces et a mis en doute le montant de recettes annoncé fièrement par le Ministre des Finances. Cette préoccupation reste entière aujourd’hui face à des recettes faméliques.

« Quand je l’ai interrogé sur le sujet en mars 2015, le Ministre des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA) estimait que les 51 milliards détenus par des Belges dans des pays étrangers (hormis la Suisse, le Grand Duché du Luxembourg et les Etats-Unis) allaient générer un revenu annuel pour l’État belge de quelque 460 millions d’euros. Mais il a toujours refusé d’adopter les règles anti-abus nécessaires à l’efficacité de ce dispositif et, d’autre part, d’organiser la transparence à ce propos. On comprend pourquoi avec les chiffres annoncés aujourd’hui de 5 millions encaissés. On est loin de la justice fiscale promise », commente le député fédéral Ecolo Georges Gilkinet.

Dans sa réponse de ce jour, Johan Van Overtveldt prétend que la faiblesse des recettes est liée à la réintégration de ces montants dans l’économie interne, grâce à un meilleur échange des informations au plan international. Mais pour Ecolo, il se montre incapable, comme toujours dans ses projections fiscales, d’en apporter la moindre preuve. Et en attendant, ce sont des milliards d’euros détenus par une minorité qui continuent d’échapper aux finances publiques, au détriment du plus grand nombre.

« C’est trop facile de la part de ce Gouvernement fédéral de ne pas faire son travail de bonne perception des recettes fiscales, de lutte contre la fraude et l’évasion fiscale des plus riches et d’exiger en même temps de l’entièreté de la population des efforts sous la forme de saut d’index, d’économies linéaires dans la sécurité sociale ou de reports d’investissement pourtant nécessaires à l’économie et à la mobilité de demain. C’est la raison pour laquelle je réclamerai à nouveau des explications au Ministre des Finances dès ce jeudi en séance plénière de la Chambre. Et nous redéposerons également nos propositions visant à organiser une plus grande transparence et une lutte plus efficace contre les abus fiscaux des détenteurs de structures offshore », conclut Georges Gilkinet.

Share This